Tête de chiotte

Février c’est comme un long lendemain de fête.
Tu te réveilles la gueule encore bouffie par le champagne, les toasts au foie gras, la bûche de chez Picard le tout arrosé de fruits de mer-mayonnaise maison.
Rien ne va plus le compte est bon! Sérieux, entre le réveillon du 24, Noël, le nouvel an, la galette des rois et la chandeleur… Je crois bien avoir attrapé la boulimie ou un truc dans le genre!
Certains trouveront l’excuse des températures négatives pour se tenir chaud avec la bouffe et les kilos plus du tout superflus, moi je n’en suis déjà plus là et constate les dégâts: je me sens lourde, grasse et j’ai une sale tête. Oui-oui, encore plus que d’habitude!!!
Y a des jours comme ça.
Des mois comme ça.
Celui qui ose dire que ça ne lui ai jamais arrivé est un menteur!
Tout le monde connaît cette période où on joue à cache-cache avec son reflet, qu’on passe en mode crabe rageux devant les baies vitrées de son boulot, que l’on boude le miroir de l’ascenseur.
Tout le monde connaît ces matins où au moment de se coiffer on fait des mous à la Kim K en espérant que ça atténuera le désespoir qui se lit sur nôtre visage, où l’on envisage très sérieusement de sortir avec un sac de congélation sur la tête ou avec la cagoule que l’on a pas remis depuis le CM1.
Tout le monde connaît ces matins où l’on s’entend penser à haute voix « miroir mon beau miroir, dit moi qui est la plus belle » et d’entendre sa sœur crier à l’autre bout de la baraque: « sûr que c’est pas toi en tout cas! »

Rien y fait! On aura beau utiliser tous les subterfuges existants! Bonnet, frange qui mange la moitié du visage, la nouvelle EE crème obtenue sur le marché noir (pour mon cas il faudrait déjà plancher sur une ZZ crème), lunettes de vue plus vraiment adaptées à votre nouvelle presbytie, tuto contouring fraichement visionné sur YouTube qui entre nous ne fait qu’accentuer les dégâts, filtre beauté réglé au max sur le téléphone haute résolution…bah quand on est moche; on est moche!

Tête de chiotteTête de chiotteTête de chiotte

Aujourd’hui je regarde par la fenêtre et je suis heureuse de voir qu’il n’y a pas que ma tête qui est pourrie. Le temps n’est pas terrible non plus. Pourtant les gens sont à la fête, c’est le nouvel an chinois. Décidément!!!
Aaaah une petite pensée pour la Chine. La Chine et ses toilettes…
Presque une grossesse que j’en suis revenue et j’y pense encore! Beaucoup m’avait prévenu « tu verras là-bas c’est hyper crade, les gens sont sales, accroche toi!!! »
Ce qui m’a frappé en premier lieu c’est le nombre impressionnant de toilettes publiques. Ce n’est pas le cas chez nous. Là-bas, inutile de se forcer à boire un mauvais café trop cher ou faire un sourire de michtoneuse pour accéder aux toilettes en sous-sol d’un bistrot mal éclairé où il est facile de constater que les trois quart de la population ne savent toujours pas viser et ont une alimentation peu ou pas équilibré au vue de ce qui ressort de leur appareil digestif.
Mais je m’écarte du sujet. Revenons aux toilettes publiques situées à tous les coins de rue qui compte tenu du grand nombre d’utilisateurs sont quand même relativement propres. On ne peut pas en dire autant en France. Ne serait-ce qu’à Paris, la capitale. Le luxe sois disant. Le raffinement qu’ils disent… Il m’est arrivé de voir des choses tellement atroces dans les toilettes de restaurant que j’en ai rendu mon repas avant même de l’avoir mangé!
Alors non, ne soyez pas médisants, au même titre qu’il faut balayer devant sa porte, brossons aussi nos fonds de chiottes avant de parler.
Ce qui m’a surpris là-bas c’est le concept des toilettes turques! Je les avais quasiment oubliées! La bête noire des colonies de vacances!!!
Dans les centres commerciaux on a souvent le choix: à gauche pour les toilettes « normales » et à droites pour les turques. On aurait dit des toilettes ségrégationnistes! Les natifs préféraient les WC oubliés. Mais certaines fois, ils se risquaient tout de même dans les autres. Très souvent j’ai vu des traces de semelles qui ont eu l’air d’avoir foulées la terre battue toute la journée tout autour de la cuvette. Non pas que j’espérais poser mes sacrosaintes fesses dessus, mais tout de même…j’ai trouvé ça très étrange. Il m’aura fallu près d’une semaine pour résoudre l’énigme, j’espère que vous avez l’esprit plus vif que le mien…

Quoiqu’il en soit les toilettes pour femmes en Chine valent le détour.
C’est un formidable lieu de rencontre et d’échanges. Je n’aurai jamais vu l’intimité d’une femme d’aussi près. Et pour cela je remercie du fond du cœur les poubelles à hauteur d’œil qui ont fortement contribué à cette proximité forcée. Ces poubelles où l’on doit jeter le papier toilette usagé et même trop usagé pour certaine!
Je ressors vraiment grandi de cette expérience et aujourd’hui je m’estime heureuse les jours de pénurie esthétique. Je me dis que ça pourrait être pire, qu’en plus d’avoir une tête de chiotte, j’aurai aussi pu en avoir l’odeur!!!

Tête de chiotteTête de chiotteTête de chiotte

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s