Gilets Jaunes

Acte 18.
Personne n’aurait cru que ça irait aussi loin et que ça durerait autant de temps! Là où l’on pensait qu’il commençait à montrer des signes d’essoufflement et que beaucoup semblait quitter le navire, le mouvement n’aura jamais été si agressif.
Gilets jaunes.
Manif. Blocus. Taxe carbone. Débats. Pour ou contre? Ministre de l’intérieur. Communiqués. Violence. Pouvoir d’achat. Fiscalité écologique. Bruno Le Maire…
Qui y comprend quelque chose? Please, faites moi un petit récap que je puisse participer moi aussi au prochain débat sociétal quand j’irai boire un verre avec mes potes. Je n’ai jamais vraiment suivi l’actu. Depuis petite je fuis le journal de 20h. D’ailleurs quelqu’un peut-il me dire si Bruno Masure fait toujours parti du PAF? C’est toujours lui le présentateur vedette de TF1? Ça va, ça va, c’est bon, je rigole!

J’entends tout un tas de théories plus ou moins farfelues, des points de vue réalistes, des avis tranchés et des opinions divergentes.
« Mai 68 trente ans après » scandent les journaux. J’entends les usagers des transports en communs se chuchoter à l’oreille « on va tout droit vers la faillite vous savez ». Même sujet abordé dans la queue chez le boucher « blabla crise économique en Espagne… ». Les pieds sur les étriers, mon gynéco me parle de l’endettement de la Grèce. Je l’entends entre mes cuisses s’agiter en évoquant un possible attentat, un gigantesque complot. Et il explose:

– Boum! Tout va péter je vous dit!!!
Je suis larguée.
Je suis dépassée.
Par l’étrangeté de la situation et surtout par tout ce climat ambiant. Pavés qui volent, Macron démission, vitrines cassées, coup de poing qui pleuvent, poubelles en feu…

La France est en colère.
Tension. Agressions. Casseurs. Profiteurs.
Les rares fois où j’allume la télé, je regarde toute cette déferlante vautrée dans mon canapé me demandant si moi aussi je ne devrai pas bouger pour ma France. Je ne me sens pas plus concernée que ça mais je m’insurge contre les gens qui se moquent.
Tout le monde s’excite, tout le monde débat et moi au milieu j’observe avec de gros yeux ronds! Je compte les poings entre les pongistes amateurs.
Est-ce réellement pour le prix de l’essence que la France menace d’imploser à tout moment?
Si c’est le cas, je m’en fiche encore plus sachant que je fais parti de la team « no permis »! Mais avec ce genre de raisonnement, je crains que l’on aille bien loin.
Si Simone avait dit l’IVG? Je m’en fiche je suis stérile! On en serait certainement pas là aujourd’hui…
Alors se moquer, pester et critiquer c’est facile mais tous bénéficieront des retombées positives si le gouvernement fini par abdiquer. La baisse des taxes profitera à beaucoup s’ils arrivent à obtenir gain de cause. Je ne dis pas qu’il faille embrasser chaque révolution, mais ne faudrait-il pas être solidaire à ce moment précis?
Lire la suite »

Don’t touch my Afro!

Moi j’ai pas d’afro, mais ce n’est pas une raison pour toucher à mes cheveux.
Ni à ma couleur.
Ni à mes origines d’ailleurs.
Ça sonne un peu comme un slogan ou comme une soudaine prise de conscience, mais pas vraiment. Depuis petite j’ai bien intégré mes différences. Ce que je n’ai toujours pas intégré par contre, ce sont toutes ces interrogations, ces affirmations qu’elles génèrent auprès des « autres » si l’on peut les appeler ainsi. Cette bêtise dont certains font preuve face à l’inconnu. Ce n’est pas toujours du racisme, c’est bien plus souvent de l’ignorance.

Adjectif: Ignare, comme ce jeune garçon rencontré il y a quelques années maintenant.
Rendez-vous dans une petite pizzeria de quartier.
Commence alors le jeu de la découverte, de la séduction ; passage obligé pour entamer n’importe quel type de relation. Qui est qui, valse de questions réponses, on se laisse aller à quelques confidences. Un climat de confiance s’installe rapidement entre nous et c’est complètement détendu et serein qu’il me demande de lui avouer un secret… Le Secret.

Il s’agite, tient en équilibre sur le bout de sa chaise, excité comme si j’allais lui révéler la recette secrète de la fabrication du Coca-Cola. Ses pupilles dilatées s’excitent dans ses orbites et il me lâche sans pression:
– Bon alors entre nous, tu peux me dire la vérité…finalement; y a aucune renoi qui a de jolis cheveux en vrai?
Whaaaaou…
Passé l’étonnement, un vide abyssal et intemporel s’est logé dans mon lobe frontal. Je ne sais combien de temps au juste je suis restée stoïque à le regarder avec ce petit rictus de femme enragée prête à lui percer l’œil avec ma fourchette encore mouillée de sauce tomate et d’huile pimentée.
Pour ne pas voir clairement qu’il venait de dire une « énorme-énormité » bien plus grosse que lui, il méritait de ne plus voir du tout pour la peine!

Le pizzaiolo ayant suivi la scène depuis son comptoir, n’était visiblement pas du même avis. Sûrement pour éviter une esclandre et le fait divers dans son restaurant trop peu remplit, il me regardait avec des yeux implorants. J’arrivais à lire sur ses lèvres:
– Put this fourchette on the table please. Slowly, slowly.
On aurait dit Bruce Willis en train de désamorcer une bombe.
Alors j’ai capitulé, recouvert mes esprits ainsi que la fourchette vengeresse de ma serviette de table pour éviter d’autres éventuelles tentations.
Je l’ai regardé en souriant. Calmement et en articulant plus que de raison je lui ai dit:
– Je ne comprends pas ta question.
N’ayant pas réellement saisi que je lui offrais l’opportunité de se ressaisir, Mr Ignare appelons le comme ça réitère une nouvelle fois sa question déplacée, malvenue, idiote, offensante, débile (choisissez, ça peut-être tout ça à la fois).
– Donc si je comprends bien, tu estimes que les Noires n’ont pas naturellement de beaux cheveux c’est bien ça? Que pour toi, la définition d’un beau cheveux serait en résumé le cheveux d’une occidentale, c’est exact?
Se rendant enfin compte de son absurdité, Mr Ignare bégaie, tente de s’expliquer, de se justifier, de se dédouaner, j’entends le mot « perruque », j’entends « crinière », je perçois l’adjectif « sauvage », j’entends « Beyoncé ». Il tente une blague…bref.
Je ne l’écoutais déjà plus.


Inutile d’envisager quoique ce soit avec quelqu’un qui serait dégouté de passer sa main dans mes cheveux noueux.
Hors de question d’opter pour l’épilation intégrale juste pour l’épargner de ma toison crépue.
Et au delà de tout ça, comment pourra-t-il aider notre future fille à s’assumer et s’aimer? À supporter les railleries de ses camarades -nées de parents aussi incultes que lui- quand ils lui jetteront à la face qu’elle a des cheveux qui ressemblent à des poils de couilles?
Quelle attitude adoptera t-il quand bloqué avec nous dans l’ascenseur la petite mamie du 3ème touchera sans y avoir été invité les cheveux de notre fils et dira le plus naïvement du monde en regardant son caniche:
– Oh lala, il a les cheveux aussi doux que les poils de mon chien j’aurai pas crû! Hein oui ma Poupoune?
J’étais obligé de mettre un terme à cette relation qui n’avait même pas encore commencé.
Je ferai bien rire mes copines quand je leur annoncerai  » nan lui et moi ça pourra pas coller! Pour faire court les filles, il n’aime pas la texture de mes poils pubiens »!

Certains diront que j’aurai pu lui apprendre. Mais on apprend pas à faire de la corde à sauter à un manchot!
C’est fou, aujourd’hui on laisse les gens dire tout et n’importe quoi sous couvert de la liberté d’expression .
C’est beau la liberté!
Elle permet à Bérénice de déclarer haut et fort qu’elle ne veut pas être Noire comme sa voisine Aglaé on ne comprend pas bien pourquoi, ni même l’objet et le bien fondé de ce bouquin pour enfant.
Elle donne le droit à Eric Zeymour de fustiger sur la place publique n’importe quelle personne qui aura eu l’indécence de s’appeler Akoua, Radija ou Faudé.
Elle autorise à bord d’un avion de dire à n’importe quel étranger qu’il est une sous merde et exiger de lui qu’il aille s’asseoir ailleurs sans crainte de se faire débarquer.
Tous ces évènements datent de quelques mois à peine. Rosa Parks a dû se retourner dans sa tombe, se réveiller et mourir une deuxième fois! Tant de chemin parcouru depuis et on en est quasi au même stade. Que peut-on faire? Que doit-on faire pour élever les mentalités? Lever le poing au ciel comme l’ont fait nos prédécesseurs ou taper du point sur la table?

Touche pas à mon afro bordel!
Touche pas à mon identité!
Touche pas à ma susceptibilité!
Touche pas à ma sensibilité!
C’est pas compliqué pourtant de ne pas rentrer là où l’on n’a pas été invité!

Béret Primark
Boucles d’oreilles Mango
Sweat Mozuri
Combinaison Zara Homme
Chaussettes H&M
Chaussures Mango

Attitude

Ca peut être un lundi, un mardi ou un jeudi; qu’importe, il y a des jours où tu sors de chez toi persuadée d’être la réincarnation estéthique de Victoria Beckham mélangée à du Nicolas Ghesquière avec un soupçon de Virgil Abloh. Le style, la classe et l’originalité à l’état pur. A l’état brut. Une pépite de bon goût. Le sens du détail aiguisé; tu penses avoir fière allure.
Tu sais déjà en claquant la porte de chez toi, que tout le monde se retournera sur ton passage, enviant secrètement tes audaces modales.
Tu supposes que tous les coincés en tenue de bureau jalouseront ton talent, tes trouvailles et tes associations osées.
Tu imagines que même les blogueurs les plus côtés du moment te regarderont du coin de l’œil regrettant de ne pas avoir eu l’idée avant toi.

Des ressorts dans les semelles, tu sautilles gaiement et confiante d’avoir tant de goût vestimentaire.
Tu vas même jusqu’à te dire que ce don, bah c’est beaucoup trop pour une seule personne. Tu songes à en faire profiter plus de monde, tu veux tous les toucher de ton savoir, les sortir de leur ignorance et leur manque d’imagination stylistique…
Penser à une reconversion professionnelle…
Et si tu devenais conseillère en image? Styliste? Directeur artistique?
L’ego regonflé à bloc,
« Everybody dance now » en tête tu défiles sur le quai du métro encore mieux qu’un mannequin à la fashion week et tu prends la pose.

Tu défiles, tu flambes et tu arrives au boulot devant les yeux incrédules de ta collègue:
– Bah alors, t’as mis ton pantalon d’astronaute avec ton torchon de cuisine aujourd’hui? T’avais plus de vêtements propres ou quoi?
« Wtf » comme disent les jeunes déjà vieux?!
Emplie de doutes tout d’un coup, tu te demandes ce qui t’as pris et qui t’as laissé sortir comme ça? Visiblement tu ressemblais davantage à une femme qui aurait fait son contouring dans une salle de bain éclairée avec une ampoule à économie d’énergie qu’à un ange confiant défilant à un show de Victoria Secret!
Oui il y a des jours comme ça où nos associations coup de cœur seront des associations hasardeuses et assurément râtées pour d’autres. Mais est-ce une raison suffisante pour s’autocensurer?

La contrariété est à son paroxisme quand ta collègue rajoute fièrement:
– En plus t’as du rouge à lèvres sur les dents!
La journée s’annonçait longue, pénible et contrariante…mais au fond tu t’en fiche, parce que pour de vrai tu te trouves plutôt bien sapé quand même!

Headband Bijou traditionnel
Veste Zara
Sac H&M
Robe Zara
Robe Zara
Pantalon Monki
Baskets Converse


Crédit photos RG photographe ou RG Photographe Officiel, n’hésitez pas à cliquer et aller voir son travail.

Family portrait

Attention mesdemoiselles, mesdames et messieurs, on entame à présent l’ère africaine!
Et quand je parle d’ère; je ne parle pas d’entonner cet air éphémère. Celui que l’on joue à toutes les saisons sous les traits de wax bariolés et chatoyants. Celui résolument tendance qui tous les étés confère un petit refrain d’exotisme et de bonne mine à qui l’arborera.
Non je parle de l’Afrique, la vraie. La maison mère, le berceau. 
Flotte au dessus de nos têtes comme un sentiment d’appartenance et de revendication.
Bien au-delà du mouvement « nappy » nombreux sont ceux désireux de revenir aux sources. Nombreux sont ceux qui ont à cœur de montrer que le Noir existe en tant que tel. Que le Noir est grand, que le Noir peu rugir, que le Noir est un king. Indéniablement en réaction à tous les sujets qui ont fait couler beaucoup d’encre ces dernières années et depuis la nuit des temps. Au hasard, H&M qui aura ou viré ou augmenté son chargé de com pour ce coup de pub mondial, Griezmann qui réfléchira dorénavant par 2 fois avant de se déguiser, Gala qui titrait à l’égard des tenues traditionnelles que portait le haut commissaire du Swaziland « un peu de tenue, ce n’est pas mardi gras » et j’en passe… Face à ces déferlantes, les opinions se divisent, parfois même au sein d’une même communauté. Mais s’il y avait bien un endroit où les avis convergeaient, c’était bien à l’exposition de Malick Sidibé.
Le drapeau blanc était de rigueur et mon boubou de sorti. 

Je ne suis pas ce genre de blogueuse influente qui va en avant première des lieux les plus branchouilles pour donner envie d’y aller.  
Je ne suis pas non plus une suiveuse; mais je me devais de la voir.  
Alors c’est à la dernière minute que ce dimanche 25 février j’ai empoigné un bout de ma famille à la Fondation Cartier, pour aller à la découverte des photos entraînantes de Malick Sidibé. Entraînantes parce que rien qu’en les regardant on peut encore entendre les musiques endiablées sur lesquelles ces sujets dansent, on peut ressentir sur chacun de ces clichés le crépitement du flash et la chaleur ambiante du Mali.
J’ai l’impression de me perdre dans les albums photos de mes parents. Cette joie de vivre qui leur était propre. Une fausse innocence qu’ils avaient déjà perdu pour avoir vécu tant de choses terribles à leur âge. Et pourtant, ils avaient l’air si heureux.
Qu’est-il arrivé à notre jeunesse pour être si triste, dépressif et désabusé?
Je déambule dans les allées pour ne louper aucun détails, des vêtements, aux poses, en passant par les coiffures. Comme de nombreuses photos de famille. Je me sens à la maison. Je vois les yeux de ma mère s’écarquiller et faire appel à ses souvenirs enfouis. Du coin de l’œil je la vois sourire. Animée par une nostalgie positive et une excitation juvénile en me racontant sa jeunesse que déjà mille fois j’ai entendu et que pourtant je ne me lasse de réécouter.

Et puis quelque fois j’entends certains commentaires « oh c’est drôle son habit ».
Drôle? Ce n’est pas le terme que j’aurai choisi mais je ne peux presque pas leur en vouloir. L’ignorance est-elle condamnable? Aujourd’hui on ne sait plus vraiment ce que l’on peut dire ou ce qu’il est tolérable d’entendre.
Plus d’une fois au cours de ma visite on m’aura regardé, pris en photo sans me demander mon avis et dit à quel point nous étions beaux ma famille et moi. Alors? Où est le problème me direz-vous ? Mais la vraie question est plutôt: dois-je être vexée ou me sentir flattée ? Est-ce que dans un lieu comme celui-ci je suis plus légitime de porter un boubou que dans le métro ? Pourquoi ne nous a-t-on encore jamais arrêté dans la rue pour nous dire ô combien notre famille était magnifique ? Ici je fais partie du folklore amusant et récréatif ; hors de ces murs je fais partie de la France que l’on voudrait cacher. Dois-je profiter de ce moment de gloire ou être triste que mon vêtement de tous les jours soit considéré comme un costume de bon augure pour ce genre de manifestation ? Vous commencez à me connaître…je préfère ne pas m’y attarder. Du moins pas pour le moment. Je voudrais juste continuer à en prendre pleins les yeux parce que je sais qu’au-delà cette exposition, ma famille, mon boubou et mes origines perdureront autant que l’œuvre de Malick Sidibé.

To be continued…

Lunettes Komono
Boucles d’oreilles Mango
Boubou direct du pays
Sweat H&M Homme
Jeans Lévis Homme
Sac H&M Divided
Baskets Nike Blazer

Come-back

Salut à tous,

Oui je sais ça fait un trop long moment que je n’ai pas pris le temps de poster.
J’ai bien entendu vos sous-entendus, vos regrets, vos tacles, vos engueulades, vos doléances…
Mais la faute au temps. A l’envie. Aux questions.
J’ai eu un moment envie d’arrêter complètement ne comprenant pas bien l’intérêt de continuer.
Pour qui? Pour quoi? Pour vous? Pour moi? Pour eux? Et ce foutu temps qui manque et qui passe. Toujours trop vite. La vie qui t’embarque, les déceptions qui t’épuisent. Les projets qui t’exaltent, les relations qui t’amenuisent et t’embarrassent. L’écriture n’est plus un plaisir. Encore moins une fuite. On stoppe tout. Pour oublier et on s’oublie aussi par la même occasion. Et quelque part ça nous arrange bien. Tapie dans un coin, à essayer de se faire la plus discrète possible.

Et puis un jour, sans crier gare, la nouvelle année.
Toujours elle non d’un chien!
Elle qui arrive avec son lot de promesses. Promesse d’un nouveau départ et de contrariétés oubliées.
Alors on se dit et pourquoi pas?
L’entourage t’encourage et t’enlace de ses bras fiers et chaleureux. Oui, après tout, pourquoi pas? Pourquoi ne pas revenir avec une nouvelle recette? Une nouvelle formule? Juste celle de se faire plaisir. Sans culpabiliser jamais de ne pas être la meilleure, la plus drôle, la plus jolie, la plus régulière, la plus intelligente, la plus à la mode, la plus hype, la plus tout.
Promis je ne vous affublerai pas d’un petit surnom régressif à la con que les YouTubeuses affectionnent tant du type « mes loulous », « mes petits monstres »… n’est-ce pas mes petits piments acides?
Mais tel un digne candidat à la présidentielle qui exposerait son programme: je vous promets d’essayer d’être la plus vraie, la plus sincère, la plus piquante…et bla bla blou. Non plus sérieusement, Acid Girl tente de reprendre du service et si j’ai des absences excusez moi par avance!!!
Et au fait j’oubliais, une très bonne année à nous tous!

Boucles d’oreille New Look
Collier Bershka
Bombers H&M
Sweat Bershka Homme
Pull H&M
Jupe Bershka
Sac Bershka
Bottines Zara

Coming out

Je parle souvent du célibat, grand mal de notre jeunesse sur le déclin.
Génération XY en perdition.
Souvent j’ai essayé d’en expliquer la cause avec mes petites réflexions simplistes de sociologue avorté. Et la question de l’aspect physique revient inévitablement sur le tapis.
La féminité…

IMG_0120IMG_0127IMG_0121

Pas assez féminine me concernant. On m’a même déjà dit que je ressemblais à une petite lesbienne. Ça m’a toujours fait rire.
Ça ressemble à quoi au juste une petite lesbienne?
La vision de la camionneuse aux cheveux courts, qui jure, qui crache et qui se gratte l’entrejambe est-elle toujours d’actualité? C’est pas un peu archaïque tout ça?
Parce que Portia De Rossi, Neneh Cherry, Cameron Diaz, Amber Heard, Drew Barrymore pour ne citer qu’elles… Ce sont des symboles. Des sex symbols même.
Des incarnations de la féminité et pourtant… Elles prônent leur homosexualité ou leur bisexualité à qui voudra bien entendre leurs truculentes petites histoires de fesses. C’est même presque devenu tendance aujourd’hui.
Sous couvert de tester et de s’ouvrir, on n’aime plus des genres mais des personnalités.

Malheureusement, pas plus tard que ce matin je lisais encore un article sur un tchétchène de 17 ans jeté du 9ème étage par son oncle à cause de ses penchants sexuels « non traditionnels ». Penchants sexuels qui au fond ne regardaient que lui. Déjà difficile de s’assumer à cet âge là.
« Laver la honte de la famille » c’est ce qu’ils ont avancé pour justifier leur barbarie.
Indignation.
Tristesse.
Et soulagement.
Soulagement parce que malgré le climat ambiant, aujourd’hui je peux me « tranquilliser » d’être dans un pays et surtout d’être née dans une famille suffisament ouverte qui ne me jettera de nulle part si je leur annonçais que dorénavant j’aimerai les femmes. Parce que tout ça, ça ne regarde que moi. Et que ça les importe peu.
Donc si à l’avenir j’ai l’air de ressemebler à Cléo (alias Queen Latifah) dans Set it off  j’assume entièrement. Déjà d’une Cléo était vachement cool et deuxièmement  qu’est qu’on est bien en triple XL!!!

IMG_0123IMG_0129

Crédit photo: Sam aka le « fetichist de la mode » aka monsieur.monsieur sur Insta.
Petit rappel:  BO du film Set It Off  Set It Off (feat Q. Latifah)

Bandana Fripes
Bombers Bershka
Sweat Zara
Pantalon Bershka
Sac à dos Bershka
Chaussures Converse

4# Voter pour un président compétent

Dans une semaine le sort de la France sera enfin fixé.
Cela faisait partie de mes nombreuses « résolutions » de cette année, à savoir: voter pour un président compétent…
On sait très bien que les bonnes résolutions sont faites pour ne pas être respectées, mais j’avais à cœur de tenir celle-ci.

IMG_0117

IMG_0105

IMG_0106

Malheureusement la tâche s’est révélée ardue dès le départ. Pour simplifier la situation, aujourd’hui on en est réduit à choisir entre le mal et… le moins mal je crois.
C’est comme si atteinte d’une gastro on me demandait de choisir mes préférences d’expulsion.
La bouche ou l’anus? Autrement dit, vomir ou avoir la diarrhée?
Acné ou eczéma?
Sourd ou aveugle?
Et vous messieurs, à choisir entre la calvitie et l’impuissance?
Choix cornélien hein? On pourrait continuer comme ça pendant longtemps.

Mais paraît-il que l’on ne doit pas laisser transparaître ses opinions politiques quand on est un personnage public! Ah ah ah! Il y a plusieurs hérésies cachées dans cette dernière phrase, serez vous les retrouver?

Bref, tout du long de cette campagne on aura essayé de nous manipuler, de nous faire adhérer à des idées, de nous diviser. On aura essayé de nous faire peur tout en nous mettant en colère. De nous marteler la tête avec des slogans trouvés par des publicitaires à la retraite. On aura cherché à nous réveiller une conscience politique. On aura vu des vidéos pulluler sur Facebook, des drôles, des révoltantes, des intelligentes qui appellent à la réflexion. On aura suivi les meetings derrières nos écrans comme si on nous annonçait officiellement la troisième Guerre Mondiale.

Mais toute cette mascarade est bientôt finie. Ou peut-être ne fait-elle que commencer.
Quoiqu’il en soit que l’on se sente concerné par la politique, ou que l’on s’en soucie comme de l’an 23, vous seriez tous bien inspirés d’aller voter dimanche. Moi perso j’irai. J’irai avant d’aller m’acheter un bunker et suffisamment de vivres pour les cinq prochaines années à venir. J’irai voter parce que c’est un droit durement acquis et un devoir avec tout ce que cela implique. Je suis noire, je suis une femme, je suis française, et ces trois faits sont tous aussi importants les uns que les autres. Donc j’irai voter pour limiter la casse, pour éviter d’avoir à vomir et chier en même temps et surtout pour pouvoir continuer à me regarder dans le miroir sans avoir à en rougir!

IMG_0109

IMG_0100

Lunettes L’usine à lunettes
Boucles d’oreilles Mango
Veste Monki
Tunique Other Stories
Pantalon Zara
Chaussures Dr Martens

Entretien avec ma Frida

Inenvisageable de s’arrêter à Mexico sans passer prendre le thé avec Frida.
Frida, ma douce Frida…

Frida et sa maison bleue.
Frida et ses couronnes de fleurs.
Frida et sa jambe malade.
Frida et ses autoportraits.
Frida et son art.
Frida et son Diego pas beau.
Frida est tellement plus que ça…

C’est le cœur battant que je rentre chez elle, aussi excitée qu’une fan de Violetta en séance de dédicace.
Tout chez elle respire l’art. La délicatesse et la créativité.
Si seulement elle pouvait m’en donner.
Juste un peu.
Rien qu’un peu.
Allez Frida, fais pas ta radine!
Frida la révolutionnaire.
Frida la rebelle.

Et si je me frottais aux murs? Son fantôme qui a l’air de roder encore dans les parages prendrait-il possession de mon corps?
Et si je me roulais dans son lit? Celui qu’elle a l’air d’avoir quitté très tôt ce matin; serai-je imprégnée de sa fragilité exacerbée?
Et si je levais les yeux vers le miroir dans lequel elle s’est si longtemps perdue? Arriverai-je à percer le secret de son renouvellement permanent?

Je ne sais pas si ce sont vraiment de bonnes idées…
A part me faire virer par le garde moustachu secoué par des renvois sonores (sûrement la cause d’abus de tacos saupoudrés de sauce salsa), je ne vais rien récolter d’intéressant!
Ce même vigile qui me surveille du coin de l’œil pas vraiment discret comme si j’allais chipper un tableau et le cacher sous ma robe.
Alors je baisse les yeux comme si j’étais coupable et continues ma percée dans l’antre de mon idole.

Entretien avec FridaEntretien avec FridaEntretien avec FridaEntretien avec FridaEntretien avec Frida

Frida et sa cuisine jaune.
Frida et son atelier.
Frida et son jardin luxuriant.
Frida et sa vie chaotique.
Frida et ses blessures.
Frida et son Mexique.
Frida parle moi.
Qu’essayes tu de me dire?
Comment faire pour se renouveler sans cesse? Pour produire des choses toujours différentes et passionnantes? Comment s’y prendre pour ne jamais lasser sans se lasser?
Allez; dis moi quel est ton secret Frida? Comment innover? Evoluer? Epater? Confédérer?

Mais tout est là finalement.
Inutile de chercher des réponses qui n’existent pas. Ce fameux processus de création…
Tout est là. Juste là. Devant moi. Il l’a toujours été.
Aujourd’hui c’est toi Frida.
Ma Frida.
Mon inspiration.
Une vie difficile d’où tu as puisé ta force. Jamais tu ne t’es posée en victime.
Des rencontres intellectuelles. Des trahisons fraternelles. Un amour dont toi seule en a établi les règles.
Je sens encore ton odeur.
L’odeur de ces fleurs fraîchement coupées, posées sur ta tête pleine.
Pleine de doutes, de poils, de tristesse, d’espoir, de détresse, d’abnégation, de vide et de vie.

Malheureusement l’heure du thé touche déjà à sa fin.
Merci ma Frida de t’être livrée à moi.
Regonflée à bloc, je détiens la clef. Reboostée pour griffonner encore et encore, sans culpabiliser qu’un jour peut-être je n’aurai plus d’idées.

Entretien avec FridaEntretien avec FridaEntretien avec FridaEntretien avec FridaEntretien avec FridaEntretien avec Frida

Lunettes Polette
Robe Zara
Collant H&M
Perfecto Zara
Sac à dos Bershka
Chaussures Converse

Ce post a été rédigé dans la cadre de l’Atelier des Jolies Plumes, un atelier d’écriture entre bloggueurs et bloggueuses amoureux des mots, qui se retrouvent chaque mois autour d’un thème.
Ce mois ci, le thème est: Votre personnage, réel ou fictif, va créer, est en train de créer ou a déjà créé auparavant. Quelle est sa démarche ? Quelles sont ses difficultés ? Comment crée-t-il ? S’isole-t-il ? Rencontre-t-il des gens ? Comment nourrit-il son inspiration ? Comment fait-il face aux doutes, aux manques, aux difficultés?
Si vous avez envie de rejoindre l’Atelier des Jolies Plumes, envoyez un mail à : latelierdesjoliesplumes@gmail.com.
Sinon, vous pouvez suivre toutes les actualités et lire les textes des participants en suivant le compte Twitter @lesjoliesplumes ou le compte Facebook.